pourquoi manifester le 26 mai ?


La loi est promulguée, les premiers mariages sont annoncés, les faire-parts sont sous presse… Tout est fini. A quoi bon mener un combat d’arrière-garde ?
Et bien justement, c’est le moment de s’engager. Car cette loi n’a été rendue possible que par notre démission. Nous avons fait confiance à nos hommes politiques pour défendre notre vision de l’homme. Un François Mitterrand, un Lionel Jospin pouvait peut-être encore en porter le souci. Aujourd’hui, à de rares exceptions près, il n’en est plus rien [1]. Des groupes, des associations à fort relais médiatique ont saturé le pays de leur vision idéologique. L’homme comme un individu délié de toute attache, se donnant à lui-même sa propre loi, et dont la dignité consiste en sa capacité à satisfaire ses désirs.

D’autres projets se profilent déjà, réclamés à corps et à cri par ces mêmes associations : la généralisation de la PMA comme nouveau mode d’engendrement, indépendamment de toute infertilité médicale (dans le cadre de la loi sur la famille prévue à l’automne), la gestation pour autrui, l’interruption - plus ou moins - volontaire de vieillesse, proposition 21 du candidat Hollande, etc. Sans notre engagement, tous ces projets se feront, à plus ou moins longue échéance. Car ils procèdent tous de la même logique.

L’argument sera toujours le même : cela ne vous enlève rien. Certains souhaitent mourir à la demande, libre à vous de mourir de mort naturelle. Des couples de même sexe souhaitent engendrer, libre à vous de continuer à vous reproduire comme de simples mammifères. D’autres souhaitent trier leurs embryons, avant ou après nidation, libre à vous d’accueillir un enfant avec des défauts de fabrication. Des hommes ou des femmes souhaitent choisir leur sexe, libre à vous de garder le vôtre. Cette vision idéologique de l’homme est enseignée dès la maternelle, libre à vous de faire l’école à la maison…

Et puis, insidieusement, l’exception deviendra la norme. Vous ne souhaitez pas abréger votre vie ? Quel surcoût pour la sécu, quel égoïsme ! Votre enfant est porteur d’un handicap ? Ce fut votre choix, mais ce n’est tout de même pas à la société d’en supporter les conséquences…

Alors, le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire [2]. Le pouvoir le sait et tente tout à la fois de minimiser et de diaboliser ce grand mouvement populaire [3].

A nous de faire émerger dans le débat public et dans l’espace médiatique les valeurs qui nous sont chères. A nous de proposer une autre vision de l’homme, à nous d’être des prophètes pour l’aujourd’hui, à nous de donner envie. La jeunesse attend des raisons de vivre et d’espérer.



Et ça commence le 26 mai.



_________________________

[1] Et ce à gauche comme à droite, comme le souligne Jean-Claude Michéa. Rappelons que la loi sur le ‘mariage pour tous’ est passée au Sénat uniquement grâce à des voix de droite, que ce soit en commission des lois ou lors du vote (qui ne fut pas solennel mais à main levé, le président du groupe UMP n'en ayant pas fait la demande).

[2] pour reprendre les mots du général de Gaulle au soir du 18 juin.

[3] Petit florilège :
- minimisation systématique du nombre de manifestants, présentés de plus comme d’extrême-droite et homophobes.
- 17h de garde à vue pour des jeunes filles dont la seule faute fut sans doute l’idéalisme (et qui seront dépeintes dans les médias par notre ministre de l’intérieur comme tentant de déstabiliser la République, ou par le secrétaire du PS comme des fascistes).  
- des badauds interpelés par la police pour port de sweat-shirt avec un papa et une maman. 
- des arrestations arbitraires.
- des insinuations sur le lien entre ‘la manif pour tous’ et les casseurs du PSG. 
- etc.

1 commentaire:

  1. Merci pour votre texte qui dit l'essentiel. De Suisse, j'ai suivi votre combat
    pour les repères vitaux de l'homme et de notre société. Merci pour votre lutte qui m'inspirera quand dans mon pays il faudra dire non à ce courant
    mortifère qui nous fait insensiblement dériver vers l'abîme. La confiance en Dieu ou en l'homme doivent nous garder dans l'Espérance, mais combattre
    les lois injustes est aussi notre devoir.
    Avec mon amitié Marc

    RépondreSupprimer